Justice pour nos langues !

Actualités 2024

Le seuil à partir duquel une langue est considérée en danger

Plusieurs publications se réfèrent à un critère défini par l’Unesco pour statuer qu’une langue est en danger. Si elles semblent bien s’accorder sur le chiffre, elles ne s’accordent pas toujours sur les termes. Un petit point sur la question peut aider à mieux appréhender le problème…

[lire la suite]

La filière bilingue d’un collège de Guingamp condamnée par le rectorat

Lors de la dernière semaine de classe avant les vacances, des parents d’élèves ont appris que le rectorat avait décidé de suspendre la filière bilingue français-breton du collège Jacques Prévert à Guingamp, ce qui constitue une nouvelle illustration de la lutte que mène la France contre le bilinguisme français-breton. Mobilisés devant l’établissement le 17 juillet 2024, ils ont alerté la presse sur la situation, notamment par le biais de la déclaration commune qui suit…

[lire la suite]

Les conséquences de la dissolution de l’Assemblée nationale pour les langues autochtones, les droits humains et les libertés fondamentales

La dissolution de l’Assemblée nationale, annoncée le 9 juin 2024 par Emmanuel Macron, était particulièrement inattendue. Elle a pris de court les différents partis, qui essaient tant bien que mal de s’organiser dans l’urgence, avec, en toile de fond, une extrême droite qui ne cesse de gagner du terrain. Bien qu’elle apparaisse pour beaucoup comme une erreur politique, elle ne doit rien au hasard, mais elle fait surtout planer un grand danger sur les langues autochtones et, plus généralement, sur les droits et libertés…

[lire la suite]

Evit bevañ e Brezhoneg, cheñchomp ar Vonreizh ! Pour vivre en breton, modifions la Constitution !

En appelant à une modification constitutionnelle, la fédération d’associations Div Yezh Breizh agit pour le devenir des langues autochtones et, à travers elles, du patrimoine culturel. La révision de l’article 2 de la Constitution est indispensable pour une réelle amélioration des conditions d’apprentissage et de pratique du breton, ainsi que pour le droit de vivre en breton.

[lire le communiqué]

Lettre au député Pieyre-Alexandre Anglade au sujet du droit relatif aux diacritiques dans les prénoms

Ne parvenant pas à faire enregistrer en France le prénom de leur fille Lilòia correctement orthographié, alors qu’il a pu l’être en Belgique, des parents espèrent un assouplissement de l’État sur la question.

[lire la lettre]

Lettre à RTL au sujet de son édito du 31 mai 2024 contre l’enseignement immersif

Dans l’édito de RTL du 31 mai 2014, une journaliste de la chaine, avec quelques préjugés idéologiquement marqués pour arguments, prend position contre l’enseignement immersif.

[lire la lettre]

Lettre du collectif Pour que vivent nos langues aux candidates et candidats aux élections européennes

Le collectif Pour que vivent nos langues interroge les candidates et candidats sur leurs engagements pour la reconnaissance des droits des locutrices et locuteurs des langues autochtones en France, et sur les actions qu’ils êtes prêts à mettre en œuvre au sein du Parlement européen afin que la législation française se mette en conformité avec le droit européen et les droits humains fondamentaux définis par les déclarations et conventions des Nations unies et du Conseil de l’Europe.

[lire la lettre]

La Gorsedd soutient et salue l’action de Koun Breizh auprès de l’Unesco

La Gorsedd de Bretagne appelle à participer à la conférence « Toponymie en danger » du 1er juin 2024 à Vannes, ainsi qu’aux manifestations prévues le même jour devant les préfectures de Bretagne pour l’officialisation de la langue bretonne.

[lire le communiqué]

Multiplication des inscriptions en basque et nouvelle convocation en justice pour Gorka Torre

La condamnation d’un membre de Herribiltza en première instance n’a pas dissuadé le collectif de poursuivre ses actions de terrain. Après de nouvelles inscriptions en basque, une nouvelle procédure a récemment été ouverte à l’encontre de Gorka Torre…

[lire la suite]

Mobilisation 1er juin : Pour le droit de vivre dans nos langues, modifions la Constitution !

L’article 2 de la Constitution continue à systématiquement opposée à chaque avancée possible pour nos langues, et les problèmes se multiplient. En conséquence, le collectif Pour que vivent nos langues appelle à des rassemblements au Pays Basque, en Bretagne, Corse, Alsace, Catalogne, dans l’espace occitan et les différents territoires concernés, le samedi 1er juin 2024 pour demander une modification de la Constitution maintenant !

[lire le communiqué]

Toponymie bretonne et loi 3DS : Koun Breizh saisit l'Unesco

Koun Breizh vient de saisir l’Unesco aux fins d’inscription de la toponymie bretonne, menacée par l’application de la loi 3DS, sur la liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente. L’Unesco devra instruire cette demande en lien avec l’État français. Enfin, nous pourrons peut-être avoir une image de l’ampleur des dégâts… Et si le Conseil régional s’emparait enfin du sujet ?

[lire le communiqué]

Des garanties insuffisantes obtenues pour le brevet 2024

La ministre de l’Éducation nationale Nicole Belloubet revient sur l’annonce selon laquelle les consignes des épreuves du brevet seraient exclusivement en français. Elle n’annonce cependant pas mettre fin à toutes les différences de traitement qui ont été dénoncées jusqu’à présent et n’assure rien au-delà de la prochaine session du brevet…

[lire l’article]

La fresque Zoli Kér de Méo qui confronte les droits humains fondamentaux aux valeurs de la République

Une œuvre de Méo a récemment été menacée de censure à La Réunion. La polémique que cet incident a suscitée met en évidence le fait que l’expression, y compris artistique, est particulièrement surveillée au sein de l’Éducation nationale. Mais elle montre aussi combien la question de l’enseignement de l’histoire des différents territoires administrés par la France est importante pour les populations qui en sont issues…

[lire l’article]

Venue de la ministre de l’Éducation nationale à Lorient : Diwan attend des réponses sur le brevet en breton

Alors que la décision de ne pas fournir les sujets et documents d’accompagnement des sujets en breton aux candidats au brevet composant en breton va à l’encontre des engagements du président de la République et est contraire au principe d’équité, contrairement à la raison invoquée pour justifier cette nouvelle consigne, les divers courriers sur la question adressés à la ministre de l’Éducation nationale restent toujours sans réponse.

[lire le communiqué]

Assemblée générale de l’Office public de la langue basque du 8 avril 2024

Euskal Konfederazioa s’élève contre le manque d’ambition de la politique linguistique définie Par l’Office publique de la langue basque, alors que la situation de la langue basque est de plus en plus critique, le pourcentage de locuteurs ayant baissé depuis 2006 et les prévisions pour 2050 étant encore à la baisse.

[lire le communiqué]

Lettre de 18 parlementaires à la ministre de l’Éducation nationale sur le traitement des langues autochtones dans le cadre des examens

Les parlementaires expliquent que la directive consistant à ne pas fournir de sujets et documents d’accompagnements en langue autochtone aux épreuves du brevet apparait comme un recul, car contraire aux pratiques des années précédentes, qu’elle n’est, en réalité, pas équitable, car elle pénalise les élèves concernés, qu’elle constitue une différence de traitement avec les sujets en langues étrangères du baccalauréat et qu’elle est contraire à l’esprit de la loi sur la protection patrimoniale des langues régionales et leur promotion.

Ils dénoncent, de plus, le non-respect de la circulaire du 14 décembre 2021, qui prévoit la possibilité de composer des épreuves en langue autochtone, alors que cela était autorisé pour épreuves écrites de spécialités ou le grand oral avant la réforme du baccalauréat.

Ils alertent, enfin, sur les conséquences prévisibles de ces mesures, perçues comme une discrimination et un manque de respect pour les langues autochtones, car elles risquent de mener à des actions de protestation lors des examens.

[lire la lettre]

« Diplôme national du brevet, ou comment l’Éducation nationale s’évertue à pénaliser les élèves en filière bilingue langue régionale »

Div Yezh Breizh dénonce le traitement discriminatoire dont souffrent les élèves en filière bilingue français-breton, et appelle la ministre de l’Éducation nationale à revenir sur sa décision et de fournir les sujets et documents d’accompagnement des sujets aux candidats au diplôme national du brevet dans la langue dans laquelle il composeront l’épreuve.

[lire le communiqué]

Affaire des inscriptions en basque en première instance : après la condamnation, le recours

Le procès des inscriptions en langue basque s’était déroulé sans être réellement défendu juridiquement. Cependant, à défaut d’avoir plaidé sa cause en justice, le prévenu s’est au moins fait entendre par la presse. Et après avoir été condamné en première instance, il ne compte pas en rester là…

[lire la suite]

« Choc des savoirs : organisation des enseignants en groupes de besoins », la position de Div Yezh Breizh

Div Yezh Breizh alerte sur le risque que fait courir le projet de mise en place de groupes des niveaux sur des milliers d’élèves poursuivant une scolarité bilingue français-breton, qui se trouveraient pénalisés si, comme cela est à redouter, l’enseignement en breton servait une nouvelle fois de variable d’ajustement pour pallier le manque de moyens dont souffre l’Éducation nationale depuis de nombreuses années.

[lire le communiqué]

Un jugement sans interprète et sans réelle défense pour un militant du basque

Une personne a été jugée mardi dernier suite à des inscriptions en basque sur des bâtiments publics, mais, en l’absence d’interprète, il a quitté l’audience. La revendication des dégradations et le renoncement à la plaidoirie invitent à s’arrêter sur les motivations de son action et de son geste. Ils renvoient, en effet, tous deux à la question, toujours très sensible, des droits linguistiques en France…

[lire la suite]

Assemblée générale d’Eskolim, ou comment l’État met en difficulté l’enseignement immersif en langue autochtone

La fédération Eskolim des six réseaux d’enseignement en immersion a tenu son Assemblée générale annuelle ce samedi 16 mars au Relecq-Kerhuon (Finistère–Bretagne). Acteurs essentiels de la sauvegarde et du développement des langues dites régionales, les six réseaux ont fait le bilan des entraves et obstacles subis de la part de l’Éducation nationale et des autres administrations de l’État.

[lire le communiqué]

Faut-il rendre autonomes certains territoires pour sécuriser l’enseignement immersif en langue autochtone ?

Le président de la Région Bretagne s’est récemment prononcé en faveur d’une révision constitutionnelle permettant à certaines régions de bénéficier d’une autonomie. Parmi les enjeux mis en avant par la Région Bretagne figure, entre autres, la question linguistique. Mais, si la proposition formulée permettrait incontestablement certaines avancées, elle resterait cependant insuffisante pour régler les difficultés auxquelles les langues autochtones se trouvent confrontées…

[lire la suite]

Le cadre juridique régissant l’enseignement immersif en langue autochtone exposé par la chambre régionale des comptes de Bretagne

La chambre régionale des comptes de Bretagne vient de rendre public un rapport soulignant les fragilités juridiques de l’enseignement immersif en breton. Cet enseignement constituant le fondement de la pédagogie pratiquée par le réseau Diwan, le rapport attire l’attention sur la menace qui pèse sur ce réseau, et, plus généralement, sur l’enseignement immersif en langue autochtone. Le rapport n’est cependant pas exhaustif sur les questions juridiques…

[lire la suite]

Le combat pour une réelle équité dans les modalités d’examen du brevet continue

Lors de l’examen du brevet, les sujets et les documents qui y sont liés seront désormais fournis en français, même pour les candidats composant dans une langue autochtone. À l’origine de ce changement se trouverait Anne Bisagni-Faure, la rectrice de l’académie de Bordeaux, sans que cela n’ôte cependant à Gabriel Attal la responsabilité de cette décision. Après les courriers, les protestations, les communiqués et articles de presse, les demandes d’audience et les rassemblements, le gouvernement persiste à faire la sourde oreille, et c’est à présent une manifestation qui se prépare…

[lire la suite]

Des parents convoqués devant le juge à Angers pour avoir prénommé leur fils Fañch

Les parents d’un petit Fañch se trouvent assignés à comparaitre devant le juge aux affaires familiales du tribunal judiciaire d’Angers. La raison invoquée réside dans le prénom qu’ils ont choisi de donner à leur fils, qui serait « contraire à l’intérêt de l’enfant » du fait du « ñ » qu’il contient. Si un véritable parcours du combattant est parfois imposé aux parents pour faire reconnaitre le prénom de leur enfant lorsqu’il comporte un tilde, ce nouveau motif a de quoi interroger…

[lire la suite]

Le département des Côtes-d’Armor parle-t-il toujours breton ?

Alors que les élections départementales de juin 2021 ont vu un changement de majorité dans les Côtes-d’Armor et que nous sommes aujourd’hui à mi-mandat, il est pertinent de s’interroger sur la politique linguistique en faveur de la langue bretonne conduite dans ce département. Le plan de politique linguistique, bien qu’adopté par le département, stagne : une seule réunion depuis l’élection de la nouvelle majorité, et toujours aucun recrutement effectué pour remplacer l’agent en charge de la langue qui a quitté la collectivité…

[lire la suite]

Proclamation d’un message de responsabilité relatif aux langues autochtones

Extraits d’une intervention de Christian Troadec, vice-président à la Région Bretagne, Langues de Bretagne et Bretons du monde, session du Conseil régional de Bretagne du 13 au 15 décembre 2023, journée du 14 décembre 2023.

[lire les extraits de l’intervention]