Justice pour nos langues !

Le chant au service de la protection
des langues autochtones de France

Plusieurs langues de France sont menacées, ainsi que le montre le classement établi par l’Unesco. Dans un tel contexte, les mesures en faveur de la diversité linguistique sont indispensables. Conscients de ces enjeux, des musiciens et chanteurs se mobilisent en mettant à profit leur savoir faire et leurs talents pour mettre en valeur la richesse que constitue leur langue, pour exprimer leurs espoirs, leur mécontentement ou leur colère face la politique française en matière linguistique, parfois avec humour ou dérision.

Censure de l’enseignement immersif en langue autochtone par le Conseil constitutionnel – 21 mai 2021

Étant donné la situation des langues autochtones en France métropolitaine, l’enseignement immersif dans ces langues est nécessaire pour assurer leur pérennité.

Nous – Julien Doré (Cover spécial Langues Régionales)

Avec de Sibyllin (corse), Maela Le Badezet (breton), Audrey Brouhan (créole réunionnais), Florian Bauer & Pierre Specker (alsacien), Lucie Jane (catalan), Floréal Vaquerin (occitan), Groupe Kriolinak taldea (basque).

Digon – Annwn, Edward Holden (Mr Phormula), Lleuwen Steffan.

En gallois et en breton.

Examen et adoption de la loi Molac – 8 avril 2021

Le projet de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion avait été déposée au parlement le 30 décembre 2019. Après plusieurs rebondissements, la loi est finalement adoptée contre l’avis du gouvernement, avant d’être en partie censurée par le Conseil constitutionnel. Il s’agit de la première loi sur les langues régionales depuis la loi Deixonne de 1951.

Gavotenn Paul Molac – Ton Sul Ton Null

Répartition des cours de breton par niveau en Bretagne – début février 2021

Après l’épisode de la réforme du baccalauréat, dont l’entrée en vigueur débute le 2 septembre 2019 et qui provoque rapidement une baisse drastique des effectifs dans les cours de langue autochtone, c’est le mode d’attribution des cours de breton qui est alors revu. La mobilisation qui a suivi a permi d’obtenir le maintien d’une répartition des cours par classe, et d’éviter ainsi une baisse du nombre d’heures hebdomadaires pour les élèves de Diwan. Les établissements Diwan, qui disposent généralement de plusieurs classes par niveau, auraient quasiment été les seuls touchés par cette disposition.

Get Blanquer – Ton Sul Ton Null